Outils personnels

Aller au contenu. | Aller à la navigation

Navigation

Navigation
Menu de navigation
Vous êtes ici : Accueil / Loisirs / Tourisme / Aubel et ses villages / Val-Dieu / L'Abbaye Notre-Dame du Val-Dieu

L'Abbaye Notre-Dame du Val-Dieu

Abbaye du Val-Dieu (8)Fondée par les Cisterciens en 1216 au confluent de la Bel et de la Berwinne, l’Abbaye du Val-Dieu, telle qu’elle existe aujourd’hui, est la seule abbaye en Belgique ayant survécu à la révolution française.

Les moines cisterciens s’implantaient dans des lieux « déserts ». Le but était de se retirer du monde et de choisir des lieux peu hospitaliers souvent dans des vallées où le seul moyen de subsistance était de travailler à défricher la terre. Il faut rappeler que le projet cistercien initié par Saint-Robert de Molesme se voulait un retour à l’idéal de la règle de Saint-Benoît. La vallée de la Berwinne correspondait à ce modèle. Située à cheval sur le comté de Dalhem et le duché de Limbourg, la fondation du Val-Dieu sera le départ du défrichement qui donnera dans la suite la physionomie si caractéristique du Pays de Herve.

Le rayonnement de l’Abbaye était avant tout régional. Lieu de formation spirituelle et intellectuelle mais aussi centre économique pour le plateau, le monastère cistercien n’échappera à aucun conflit: luttes entre seigneurs féodaux, guerres de successions et de religion pour enfin connaître la dispersion lors de la révolution française. Les bâtiments subiront chaque fois le contre coup de ces aléas de l’histoire. L’église sera quatre fois détruite ou incendiée, chaque fois reconstruite pour prendre la configuration actuelle qui reste, pour l’essentiel, comme d’ailleurs les locaux conventuels, conforme au plan cistercien initial. La volonté était d’inscrire dans l’espace et l’architecture la cité idéale où se concrétise la synthèse entre la quête de Dieu et l’épanouissement de l’homme. Après la tourmente révolutionnaire, la restauration de l’Abbaye et le retour de moines au milieu du XIXème permirent au Val-Dieu de demeurer aujourd’hui le seul site cistercien primitif encore en vie en Belgique dans ses bâtiments historiques.

Les bâtiments, à part quelques vestiges romans, datent majoritairement des XVIIème et XVIIIème siècles. On y trouve toujours les différents éléments d’une exploitation agricole (brasserie, écuries, grange et moulin) ainsi que l’église abbatiale reconstruite au XIXème siècle et qui a été érigée en basilique après la seconde guerre mondiale.

Les Cisterciens, grands spécialistes d’agriculture, ont su maintenir le site du Val-Dieu avec son beau parc, comme une oasis de verdure où l’on peut se connecter avec le spirituel et le culturel tel qu’il s’est développé depuis près de 800 ans.

Abbaye du Val-Dieu (5)Depuis mars 2001 les trois derniers moines ont quitté l’Abbaye du Val-Dieu pour rejoindre d’autres Abbayes Cisterciennes.

L’ordre Cistercien choisit de confier l’Abbaye à une communauté de Chrétiens.

Une visite guidée permet de découvrir les lieux importants de la vie monacale tels que la salle du chapitre, le réfectoire, le scriptorium et le quartier de l’abbé.

Le magnifique parc est accessible gratuitement tous les jours. La Cour et la Basilique sont toujours accessibles.

Val-Dieu dans l’histoire:

Val-Dieu est le témoin de l’étonnante épopée cistercienne qui a vu le jour en 1098, avec la fondation de l’abbaye de Cîteaux, en Bourgogne. La grâce cistercienne puise son trésor dans le terreau de la Règle de saint Benoît, alliant prière et travail. Les premières années du monastère de Cîteaux furent laborieuses, mais l’arrivée de Bernard a été le début d’un long printemps soufflant un renouveau spirituel et économique sur toute l’Europe du moyen âge. Plus de 700 monastères ont vu le jour en moins de 2 siècles; Bernard de Clervaux, a lui seul, en a fondé 68, dont celui d’Eberbach en Allemagne!

L’abbaye N-D du Val-Dieu a été fondée en 1216 par des moines venant d’Eberbach et ayant transité par Hocht (près de Maastricht). Val-Dieu est donc une petite fille de saint Bernard!Abbaye du Val-Dieu (6)

Située à cheval sur le comté de Dalhem et le duché de Limbourg, la fondation du Val-Dieu sera le départ du défrichement qui donnera dans la suite la physionomie si caractéristique du Pays de Herve.

Le monastère n’échappa à aucun conflit : luttes entre seigneurs féodaux, guerres de successions et de religion pour enfin connaître la dispersion lors de la révolution française. L’église sera quatre fois détruite ou incendiée, chaque fois reconstruite pour prendre la configuration actuelle qui reste, pour l’essentiel, comme d’ailleurs les locaux conventuels, conforme au plan cistercien initial.

Après la tourmente révolutionnaire, la restauration de l’abbaye et le retour de moines au milieu du XIXème permirent au Val-Dieu de demeurer le seul site cistercien primitif encore en vie en Belgique dans ses bâtiments historiques.

 

Sources :